Observatoire de l'Habitat

En partenariat avec

20/11/19 - 15:13 (GMT+1)
 

Superficie consommée et reconstruite

Les nouvelles constructions se font aussi bien sur les nouveaux terrains consommés que sur des terrains où préalablement d’autres bâtiments ont été démolis. La consommation et la reconstruction se réfèrent aux terrains en zone résidentielle sur lesquelles la construction d’un bâtiment a été observée, indépendant du fait, si ce bâtiment est habité ou non.



Superficie foncière résidentielle consommée

Sur la période observée entre 2010 et 2016, 460 hectares ont été consommés par des bâtiments en zone résidentielle. Avec 51 hectares consommés, la ville de Luxembourg est de loin la commune présentant la valeur la plus élevée (11% du total de la consommation). D’autres communes affichant une consommation foncière élevée se localisent dans la couronne périurbaine de la ville (entre autres Junglinster ou Mamer), mais aussi dans la région Sud. Même si dans la majorité des communes rurales la consommation foncière reste inférieure à la moyenne (à l’exception de grandes communes fusionnées), l’ensemble des communes rurales concentre 51% de la superficie totale consommée.


Superficie foncière résidentielle consommée entre 2010 et 2016

Superficie foncière résidentielle reconstruite

Au cours de la période de 2010 à 2016, 173 hectares de terrains ont été reconstruits par de nouveaux bâtiments. Avec presque 16 hectares, Luxembourg-ville est la commune avec la surface reconstruite la plus importante. 28% de la reconstruction ont été réalisé dans les CDA et 44% dans les communes rurales.


Superficie foncière reconstruite entre 2010 et 2016